Scroll to read more

« Cleantech », Quésaco ? Cleantech se traduit par « éco-innovation ». Les Cleantech sont des techniques et services industriels qui misent sur les ressources naturelles, l’eau, l’énergie et les matières premières pour accroître la productivité des entreprises. Cleantech renvoie l’idée d’une croissance verte. Ce néologisme trouve son synonyme le plus proche dans un autre mot-valise : Green tech.

Soulignons que les Cleantech ont pour vocation, entre autres, de lutter contre le gaspillage. En plus, elles permettent d’atteindre, voire de surpasser, les niveaux de rentabilité des technologies traditionnelles. Enfin, on observe bien souvent un gain significatif en faveur de l’utilisateur ou du consommateur de produits issus de cette filière verte.

L’orientation écologique des Cleantech répond aux grands défis de demain qui ne sont pas tout roses. Nos valeurs morales et humaines d’aujourd’hui peuvent néanmoins, grâce à un réveil de consciences, supprimer les mauvaises habitudes encore ancrées dans l’industrie du XXIe siècle. Sont directement améliorés par les Cleantech les secteurs de la santé et de l’agroalimentaire. La cosmétique, la chimie verte, les engrais et les biocarburants également.

Oui, les micro-algues peuvent sauver le monde !

À la croisée de l’économie et de l’écologie, les Cleantech rencontrent un succès phénoménal dans le monde entier depuis 2017. Parmi elles, le marché des micro-algues passionne de nombreuses Startups et futurologues. Les micro-algues sont capables par exemple d’absorber 40% du taux de CO2 de l’activité humaine. Un seul hectare de bioréacteurs capte une quantité de CO2 équivalent à 100 hectares de forêt. Sachant cela, on ne peut qu’être enthousiaste pour la survie de l’Homme et l’avenir de la planète.

Malgré tout, avec plus de 7 milliards d’habitants sur la planète et une augmentation de la population mondiale estimée à environ 90 millions de personnes par an, notre Terre s’essouffle. Par conséquent, elle montre des signes de fatigues flagrants et inquiétants. À ce rythme là, avec nos modes de vie basés sur la surconsommation d’une surpopulation, nous courons à notre perte. Avec 820 millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde, il y a réellement urgence. La sous-nutrition et la malnutrition font partie des grands fléaux d’aujourd’hui. Ce sont les plus grands défis de demain.

Parmi les solutions envisagées à l’échelle planétaire, nous avons la consommation d’insectes. Elle est devenue courante dans les pays d’Asie et d’Afrique. Nous avons aussi la Spiruline, cette incroyable micro-algue qui fascine le monde entier. Déclarés tous deux comme aliments du futur par l’ONU, ils apportent un espoir. Ils sont un début de solution pour ces situations dramatiques que vivent certaines populations du globe.