Scroll to read more

Le phytoplancton se trouve à la base de la chaîne alimentaire des écosystèmes aquatiques, car il sert de nourriture à de plus gros organismes. En d’autres termes, il réalise l’essentiel de la production primaire en milieu aquatique sur tous les animaux marins.

Mais en plus de cela, le phytoplancton est le premier responsable de la présence d’oxygène (O2) dans l’atmosphère. La photosynthèse oxygénée est apparue de manière évolutive avec les cyanobactéries, ancêtres des plastes d’algues eucaryotes. Pendant près de 2 milliards d’années, jusqu’au développement des plantes terrestres, la photosynthèse était pratiquement limitée aux mers. La majeure partie de la production photosynthétique primaire des mers, à l’époque comme aujourd’hui, est attribuable au phytoplancton, une moindre partie étant due aux organismes benthiques.

De nombreuses espèces de la communauté phytoplanctonique présentent différents types de métabolites d’un grand intérêt en raison de leurs propriétés cosmétologiques, nutritionnelles, anti-oxydantes, anti-obésogènes, antianémiques, anti-âge, tonifiantes, etc.

Pour obtenir un gramme pur de biomasse de microalgues, il est nécessaire de concentrer plus de 3000 litres d’eau de mer ou de recourir à des technologies de culture dans des photobioréacteurs fermés performants, comme celui présenté ci-dessous. Ils permettent de concentrer la culture de microalgues jusqu’à des extrêmes incroyables.

Sources Planctonid (Dr Cristian Gomis)
Microscope optique – Microscopie électronique à balayage – Microscope à contraste en relief

Petit, mais costaud !

Le phytoplancton est certainement le plus insignifiant des organismes photosynthétiques de la planète avec son minuscule petit pourcentage de masse. Néanmoins, on peut lui attribuer l’ancien slogan de Pimousse de La Pie qui chante (1987) : « Petit, mais costaud ! ». À lui seul, il produit la moitié de l’oxygène sur Terre, respect donc. Chaque année, Près de 40 milliards de tonnes de CO2 sont absorbées par ce micro-organisme, véritable éponge à carbone. Le phytoplancton est sans nul doute le poumon de la Planète. Il est plus qu’urgent de prendre soin de ces micro-organismes, car ce sont les plus vitaux pour notre planète et donc pour nous.

Enfin, un véritable espoir pour l’avenir est sans conteste  l’algoculture verticale (ou ferme verticale). En effet, les Biofaçades de nos villes de demain pourraient capter 3 à 5 fois plus de CO2 que nos espaces verts actuels. Je vous invite à visionner cet étonnant reportage.

Pour en savoirs plus sur les micro-algues, je vous invite à découvrir le site Planctonid.